province


province

province [ prɔvɛ̃s ] n. f.
• 1170 « province ecclésiastique, métropole »; lat. provincia, de vincere « vaincre »
1(1213) Hist. rom. Territoire conquis hors de l'Italie, assujetti aux lois romaines et administré par un gouverneur appelé proconsul ou propréteur. César porta les provinces au nombre de dix-huit. La Gaule cisalpine, province romaine.
2Vx Pays, État. « Je t'ai cherché moi-même au fond de tes provinces » (Racine).
3(1867 [Acte de l'Amérique du Nord britannique]) Mod. Au Canada, État fédéré doté d'un gouvernement propre, souverain dans le domaine de ses compétences. Les dix provinces canadiennes. Les provinces de la prairie. La Belle Province : le Québec.
4(mil. XIIIe) Division d'un royaume, d'un État. (1899) En Belgique, Unité territoriale dirigée par un gouverneur nommé par le roi, assisté d'un conseil provincial élu au suffrage universel direct, et jouissant de la représentation proportionnelle à la Chambre des représentants. Les neuf provinces de la Belgique.
Hist. En France, sous l'Ancien Régime, Circonscription (division militaire et fiscale).
Cour. Région, avec ses traditions et ses coutumes particulières. La Bretagne, la Normandie, la Picardie, le Poitou, la Provence..., provinces françaises. « Depuis cette merveilleuse nuit, plus de classes des Français; plus de provinces, une France ! » ( Michelet). « Utrecht envoya ses clefs, et capitula avec toute la province qui porte son nom » (Voltaire). Les Provinces-Unies, ancien nom de la Hollande.
5(XVIIe) Partie d'un pays ayant un caractère propre, à l'exclusion de la capitale. Une province. Les provinces et la capitale. Il arrive de sa province, du fond de sa province ( provincial) . « Tout va lentement, tout se fait peu à peu dans les provinces, il y a plus de naturel » (Stendhal).
6 ♦ LA PROVINCE. En France, L'ensemble du pays (notamment les villes, les bourgs) à l'exclusion de la capitale. « La France au dix-neuvième siècle est partagée en deux grandes zones : Paris et la province; la province jalouse de Paris » (Balzac). La province et la campagne. Villes, petites villes de province. S'installer, vivre en province. « Scènes de la vie de province », suite de romans de Balzac. Péj. « C'est un nigaud qui est frais émoulu de la province » (Dancourt).
(Dans d'autres pays d'Europe, lorsqu'une capitale peut y être opposée) La province anglaise.
Adjt (1883) Fam. Provincial. Cela fait province. Ils sont restés très province.
⊗ CONTR. Capitale.

province nom féminin (latin provincia) Division territoriale d'un État placée sous l'autorité d'un délégué du pouvoir central, en particulier dans la France d'Ancien Régime. Division administrative de nombreux pays (Belgique, Canada, Chine, etc.). Ensemble du pays, à l'exclusion de la capitale, de la région parisienne : Voyage en province. Ensemble des villes de province : Professeur qui enseigne en province. Ces villes, ces régions considérées comme le lieu d'un mode de vie tranquille, un peu démodé : Des manières de province ; s'emploie familièrement comme attribut ou en apposition sans article pour caractériser ce type de comportement : Avoir un air province. Faire très province. Pays conquis par Rome hors de l'Italie, administré par un gouverneur romain. ● province (citations) nom féminin (latin provincia) François Andrieux Strasbourg 1759-Paris 1833 Ce sont là jeux de prince : On respecte un moulin ; on vole une province. Le Meunier sans souci Marcel Aymé Joigny 1902-Paris 1967 Quand Paris se sent morveux, c'est la France tout entière qui se mouche. Silhouette du scandale Le Sagittaire Julien Green Paris 1900-Paris 1998 Académie française, 1971 Il y a quelque chose de terrible dans ces existences de province où rien ne paraît changer quelles que soient les profondes modifications de l'âme. Adrienne Mesurat Plon Jean-Baptiste Louis Gresset Amiens 1709-Amiens 1777 […] Elle a d'assez beaux yeux… Pour des yeux de province. Le Méchant Jean-Jacques Rousseau Genève 1712-Ermenonville, 1778 Une vie dure est plus facile à supporter en province que la fortune à poursuivre à Paris. Correspondance, à un jeune homme province (expressions) nom féminin (latin provincia) La Belle Province, le Québec. Province ecclésiastique, groupe de diocèses dépendant d'un même archevêché ou d'une même métropole. Province religieuse, ensemble de plusieurs maisons religieuses placées sous l'autorité d'un même supérieur.

province
n. f.
rI./r
d1./d ANTIQ ROM Pays conquis par Rome, hors de l'Italie, et gouverné selon les lois romaines.
d2./d Division administrative ou traditionnelle d'un état.
|| (Afr. subsah., Belgique, Maghreb) Division administrative de l'état, placée sous l'autorité d'un gouverneur. Gouverneur de province.
|| (Nouv.-Cal.) Division administrative du territoire calédonien, dont l'autonomie contribue au développement de la décentralisation. Les trois provinces, la Province Sud, la Province Nord et la Province des îles, remplacent les anciennes Régions depuis 1988.
|| Chacun des dix états fédérés, au Canada. La province de Québec (ou la Belle Province).
Les provinces maritimes.
d3./d Région, partie d'un pays. C'est sa province d'origine.
d4./d DR CANON Province ecclésiastique: ensemble de diocèses dépendant d'un même archevêque.
Province religieuse: dans certains ordres religieux, ensemble de maisons placées territorialement sous l'autorité d'un même supérieur.
rII./r Absol. La province: en France, l'ensemble du pays (par oppos. à la capitale).

⇒PROVINCE, subst. fém.
A.— 1. — HIST. ROMAINE. Territoire conquis et administré par les Romains en dehors de l'Italie. Il lui avait confié la province la plus importante de l'empire, la Gaule cisalpine (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 280).
Province annonaire.
[Le subst. est déterminé par un adj. précisant la qualité du gouverneur de la province ou la personne physique ou morale dont relève la province] Province consulaire, prétorienne. Quand l'Achaïe, province sénatoriale sous Auguste, province impériale sous Tibère, fut rendue au Sénat par Claude, Gallien y fut envoyé comme proconsul (A. FRANCE, Pierre bl., 1905, p. 138).
La Province/province (romaine). [Désigne la première province que Rome eut en Gaule proprement dite. V. étymol. infra] Strabon dit que les Séquanes étaient maîtres d'ouvrir ou de fermer aux Germains la route de la province romaine (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 236). Les barbares apparurent en 109 sur le Rhin, qu'ils franchirent; une armée romaine, venue de la Province, les rencontra, sans doute dans le bassin du Rhône, et subit un désastre (A. PIGANIOL, Hist. de Rome, 1962, p. 150).
2. P. anal. Territoire extérieur à un État, à une métropole et qui en est dépendant; colonie. Il demeure à peu près prouvé que l'Égypte fût restée à jamais une province française, s'il y eût eu, pour la défendre, tout autre que Menou (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 131). Son mari avait été nommé gouverneur d'une province anglaise plus grande que l'Europe : elle ne voulait point quitter l'Angleterre (ABOUT, Grèce, 1854, p. 96). Les drapeaux des provinces sujettes de la dominante République [Venise] (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 456).
B.— Division territoriale
1. Division d'un État ayant une organisation administrative déterminée.
a) HIST. En France, sous l'Ancien Régime, division territoriale issue de la féodalité, ayant des privilèges locaux, au sein de laquelle le roi était représenté par différents personnages (baillis, sénéchaux, gouverneur, intendant) dans le cadre de circonscriptions de nature et de limites géographiques diverses. D'Epernon, tu veilleras à ce que des copies de cet acte soient envoyées dans toutes les provinces de notre royaume (DUMAS père, Henri III, 1829, IV, 6, p. 184). V. gouverneur ex. 2.
b) De nos jours
[En Belgique] Division politique et administrative. Transfert de la région des Fourons de la province de Liège à la province flamande de Limbourg (GDEL s.v. Belgique).
[Au Canada] État fédéré. Bibliothèques, nombreuses surtout dans les provinces d'Ontario et de Colombie britannique (Civilis. écr., 1939, p. 46-14).
La Belle Province. Le Québec. Au Québec (...), on tente de se doter de structures politiques et économiques capables de protéger la langue et la culture de la Belle Province (Le Point, 29 janv. 1979, p. 46, col. 3).
2. a) Région d'un pays caractérisée par son histoire, ses traditions, ses coutumes et s'opposant à la capitale :
1. Nous, dit Laurent avec simplicité, nous avons habité partout. Grâce à l'humeur de mon père, j'ai laissé des souvenirs dans tous les quartiers de Paris et dans bon nombre de provinces françaises.
DUHAMEL, Cécile, 1938, p. 154.
SYNT. Province éloignée, reculée; grande, petite, riche province; retourner dans sa province; partir pour une province; se rendre dans une province; au fond d'une province; de province à province.
P. méton. Ensemble des habitants d'une province. Toute la province était accourue à Besançon pour voir juger cette cause romanesque (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 478).
b) P. ext. Contrée. Cela fait un gros bruit d'averse qui n'est délicieux que parce qu'on vient de traverser des provinces arides (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p. 105). Les événements d'une province de la planète retentissent dans toutes les autres (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 351).
c) P. anal., SC. DE LA TERRE. Ensemble naturel ayant des caractères homogènes (d'apr. GEORGE 1970). [À l'ère secondaire] il y a déjà de grandes provinces botaniques accusant une diminution de température en allant de l'équateur vers les pôles (BOULE, Conf. géol., 1907, p. 137).
d) Au fig. Domaine particulier. Il y avait dans le fond de son âme une petite province sacrée (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 801) :
2. Je ne prends pas mon parti de voir ce petit ignorer tant de provinces du plaisir; poésie, pensée, musique, peinture semblent rester pour lui choses fermées...
GIDE, Journal, 1914, p. 491.
3. Vieilli. Aux provinces (au lieu de dans les provinces). Les uns s'en allaient aux provinces lointaines où il n'y avait pas de guerre (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 161). [Il] trouvait bon de laisser son épouse aux provinces (BANVILLE, Cariat., 1842, p. 47).
4. Au sing., à valeur coll. La province. Le pays en dehors de la capitale (particulièrement en France). C'est l'hôtel des gens aisés qui, de la province, viennent à Londres (STENDHAL, Souv. égotisme, 1832, p. 71). Quand on va dans leur pays [les Pays-Bas] et qu'on lit leurs journaux (...), il semble qu'on tombe en province et même plus bas (TAINE, Philos. art, t. 1, 1865, p. 253). Rodolphe lui, il était loin il parcourait la province avec le cirque Capitol (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 125).
SYNT. À Paris et en province; en banlieue et en province; habiter, quitter la province; aller, se retirer, vivre en province.
P. méton.
♦ L'ensemble des habitants de la province. Jugez quel bel effet sur la province en toilette! (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 331). Cette fois, la province donna le signal du mouvement, Paris n'ayant vu encore que quelques manifestations sans portée (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 24).
♦ La vie, les mœurs propres à la province; la province dans ce qu'elle a de caractéristique, de positif (calme, etc.) ou, le plus souvent, de négatif (manque de finesse, d'ouverture, peu de distractions, de vie mondaine, etc.). Gérard consentit, quoiqu'il eût le plus violent désir d'accourir à Paris. La province lui pesait (CHAMPFL., Avent. Mlle Mariette, 1853, p. 109). Le vide, la province du Paris d'été (A. DAUDET, Trente ans Paris, 1888, p. 316).
Empl. adj. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui a certaines caractéristiques appartenant ou supposées appartenir à la province, à ses habitants. Madame de Brugnol (...) te trouve mauvais goût, petites gens et province de ne pas être venu au déjeuner dimanche avec le petit (BALZAC, Corresp., 1844, p. 760). Et combien la mise des femmes [à Londres] est discrète, très province même, dirait-on chez nous (LOTI, Chât. Belle-au-bois-dorm., 1910, p. 112). Tout ce quartier tranquille, un peu province (...) est là tout entier (LÉAUTAUD, Théâtre M. Boissard, 1926, p. 202).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Je deviens d'un province, d'un insulaire, n'est-ce pas? (VERLAINE, Corresp., 1876, p. 18).
Loc. verb., péj. Faire province. Être (ou avoir) une caractéristique de la province, de ses habitants. D'ailleurs, parler de soi fait « province » ou littéraire (LA VARENDE, Contes fervents, Pinsonnière, 1948, p. 25).
5. De province. Synon. de provincial dans ses aspects déterminatifs et caractérisants (v. provincial I B).
a) [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Le bourgeois de Paris rit du bourgeois d'une petite ville; le noble de cour se moque du noble de province (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 71). Les Parisiens étaient venus avec femmes, enfants (...) et les parents de province arrivés pour voir l'Exposition (A. FRANCE, Bergeret, 1901, p. 391). Les mimiques de l'Autodidacte n'ont pas acquis ce velouté; son amour des hommes est naïf et barbare : un humaniste de province (SARTRE, Nausée, 1938, p. 145).
SYNT. Acteur, avocat, notaire, femme de province; bourgeois, cousins, gens de province; famille, noblesse de province.
b) [En parlant d'une chose] La ville [Meppel] est franchement de province et n'affiche point d'exorbitantes allures de capitale comme Groningue (DU CAMP, Hollande, 1859, p. 188). Elle était (...) d'une élégance charmante de province (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Chambre, 1884, p. 986) :
3. ... ce qui le frappa surtout fut l'atmosphère de province, l'air de vieille ville abandonnée et le calme du décor étalé sous ses yeux. On entendait distinctement des oiseaux chanter. Il aperçut aussi de l'herbe entre les pavés. Bref, il se crut (...) retiré d'un Paris qui l'étourdissait...
ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 5.
SYNT. Accent, mœurs de province; académie, collège, faculté, théâtre de province; église, maison, rue de province; journaux de province; un coin de province; la vie de province.
6. Expressions
a) [Le suj. désigne une pers.]
Être de la province, de sa province. Être enraciné dans une province déterminée, dans la province; en suivre les coutumes, en avoir les caractéristiques réelles ou supposées. Madeleine est de sa province. M. de Nièvres me semble n'être de nulle part, comme beaucoup de gens de Paris (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 113). Serait-il assez lourdaud, assez de sa province, le questionneur indiscret qui ne s'en contenterait pas? (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 53) :
4. Mener en province le train de Paris, c'est se créer des jouissances incomplètes au milieu de deux genres d'existence qui s'excluent. (...) je veux qu'on soit de la province, si on l'habite; qu'on se résigne à ne pas y désirer ce qu'elle ne produit pas.
GOZLAN, Notaire, 1836, p. 113.
Arriver de sa province. Avoir le comportement maladroit, le manque d'ouverture d'esprit que l'on attribue aux habitants de la province. Est-ce qu'il y a besoin de cela, pour réussir?... On voit que tu arrives de ta province! (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 120). On voit bien que tu arrives de ta province pour être si bavard (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 90).
b) [Le suj. désigne une chose concr. ou abstr.] Sentir la province, sa province (souvent péj.). Avoir certaines caractéristiques appartenant ou supposées appartenir à la province, à ses habitants. La calomnie contre les femmes, comme le madrigal, est passée de mode, cela sent la province, vois-tu? (BOREL, Champavert, 1833, p. 169). Nous avons pu coucher dans le calme Dourdan. C'est un gros bourg très riche et qui sent sa province (PÉGUY, Tapisserie N.-D., 1913, p. 680). Sao-Paulo sentant malgré tout sa province pour un galant homme charmeur (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 347).
C.— RELIG. CATH.
1. Province ecclésiastique. Ensemble de diocèses relevant d'un même archevêque métropolitain. Il voulut que la côte du nord eût des évêques, comme les pays de Rennes, de Nantes et de Vannes (...). Il eût bien voulu aussi avoir un archevêque et former ainsi une province ecclésiastique à part (RENAN, Souv. enf., 1883, p. 3).
2. Unité de juridiction regroupant un certain nombre de maisons religieuses d'un ordre, d'une congrégation. Cet homme (...) régnait avec une autorité calme sur les quatre cents religieux des treize monastères de la Province de France (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 148).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1160-74 « circonscription ecclésiastique » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 9257); 2. 1680 « réunion de maisons religieuses dépendant d'un même supérieur » (RICH.). B. Ca 1165 « contrée, pays » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 23139); ca 1175 (ID., Chron. des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 70; 14271). C. 1. Ca 1175 « circonscription territoriale, état » (ID., ibid., 444); ca 1265 (BRUNET LATIN, Trésor, I, 122, 7, éd. F. J. Carmody, p. 111 : c'est [la Judée] une grant province); 2. a) « certaine étendue de pays faisant partie du royaume de France » 1328 province de Poitou (Chron. d'apr. G. DUPONT-FERRIER ds R. hist. t. 160, 1929, p. 255, note 11); 1384 synon. de bailliage : ès provinces et ès bailliages de nostre royaume (Pièces [...] règne de Charles VI, éd. Douët d'Arcq, t. 1, 1863, p. 55); 1477 en parlant du comté d'Artois (Ordonnances [...] 3e race, t. 18, éd. de Pastoret, p. 307); b) 1675, 20 oct. désigne les habitants de ce pays (SÉVIGNÉ, Lettres, éd. E. Gérard-Gailly, t. 1, p. 885 : Je prends part à la tristesse et à la désolation de toute la province); 3. a) 1653 spéc., en France, p. oppos. à la capitale (RACAN, Vie de Malherbe ds Œuvres ds Malherbe, Paris, Barbou, 1723, t. 1, p. 40 : Dois je dans la province établir mon séjour? [cf. LA FONTAINE, Fables, III, 1 ds Œuvres, éd. R. Groos, 1954, t. 1, p. 690, note 4]); 1672 vicomte de province (MOLIÈRE, Comtesse d'Escarbagnas, XI); b) 1672, 11 déc. plur. « l'ensemble de ceux qui n'habitent pas à Paris » (SÉVIGNÉ, op. cit., t. 1, p. 598). D. Ca 1213 antiq. romaine (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 656, 20). Empr. au lat. provincia « circonscription territoriale gouvernée par un proconsul ou un propréteur » [D] (sens issu de celui de « domaine, sphère où s'exerce l'activité légale d'un magistrat [? munus] »), spéc. « administration d'un territoire conquis », de là, à basse époque, et p. ext. « région, contrée, pays » (déb. IIIe s., TERTULLIEN ds BLAISE Lat. chrét.) ; cf. a. prov. proensa ca 1140 Trad. Code Justinien ds RAYN.; au déb. du Ve s. (418-422, BLAISE Lat. chrét.) provincia désigne dans le vocab. de l'admin. eccl. le district d'un évêque métropolite [A]; à partir du VIIIe s., il entre dans le vocab. de l'admin. franque pour désigner une circonscription territoriale [C], devenant synon. de ducatus, pagus, comitatus (fin 747 d'apr. DUPONT-FERRIER, op. cit., p. 251, note 7). Provincia « circonscription territoriale » a spéc. désigné la 1re province romaine de Gaule, ébauchée en 123-122 par le consul Caius Sextus Calvinus et qui, en 59, au moment où César en prit le gouvernement, comprenait le bassin du Rhône depuis le confluent de la Saône jusqu'à la Méditerranée et allait des Corbières et des Cévennes jusqu'aux Alpes; d'où, par voie pop., l'a. prov. Proensa (1130-48, MARCABRU, éd. J. Dejeanne, IV, 4; IX, 27; 1145-80, BERNARD DE VENTADOUR, éd. C. Appel, XII, 36) et la forme sav. fr. Provence, v. provençal (RONJAT, § 288; FOUCHÉ, p. 642). [b]Fréq. abs. littér. :4 403. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 8 112, b) 8 303; XXe s. : a) 5 421, b) 4 092.

province [pʀɔvɛ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1155, « province ecclésiastique, métropole »; lat. provincia, de pro-, et rac. vincere « vaincre ».
1 (1213). Hist. rom. Territoire conquis hors de l'Italie, assujetti aux lois romaines et administré par un gouverneur ( Proconsul, propréteur). || César porta les provinces au nombre de dix-huit. || La Gaule cisalpine, province romaine. || Province proconsulaire. || Province sénatoriale, impériale. || Provinces annonaires. || Province juive dans laquelle le grand prêtre gardait sa dignité pontificale. Ethnarchie, ethnarque.Dans le Bas-Empire, Division du diocèse (cit. 1), elle-même divisée en districts ou « civitates », qui était administrée par un gouverneur. || La Gaule comprenait dix-sept provinces, qui furent l'origine des provinces françaises.
1 Pendant que Rome ne domina que dans l'Italie, les peuples furent gouvernés comme des confédérés : on suivait les lois de chaque république. Mais lorsqu'elle conquit plus loin, que le sénat n'eut pas immédiatement l'œil sur les provinces, que les magistrats qui étaient à Rome ne purent plus gouverner l'empire, il fallut envoyer des préteurs et des proconsuls.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XI, XIX.
2 Dr. canon. (vx). || Province ecclésiastique : étendue de la juridiction d'une métropole. Métropole (1.).
3 (V. 1160). Vx. Pays, État.Fig. || La lune (cit. 11), province de l'illusion.
2 Thèbes avec raison craint le règne d'un prince
Qui de fleuves de sang inonde sa province.
Racine, la Thébaïde, IV, 3.
3 Je t'ai cherché moi-même au fond de tes provinces (…)
Racine, Andromaque, IV, 5.
4 (Canada, 1867, Acte de l'Amérique du Nord britannique; angl. province). État fédéré doté d'un gouvernement propre, souverain dans le domaine de ses compétences. || Les dix provinces canadiennes. || La Belle Province : le Québec.
5 (Mil. XIIIe). Division d'un royaume, d'un État.Hist. En France, Circonscription ayant son origine dans la province romaine du Bas-Empire, qui sous l'Ancien Régime correspondait souvent à une division militaire ( Gouvernement I., 3., infra cit. 18; gouverneur, cit. 1) et fiscale ( Généralité II.; pays II., 1., supra cit. 16), mais ne formait pas de division politique définie. || Provinces décentralisées (→ Autonome, cit. 2). || Suppression des provinces à la Révolution (→ Merveilleux, cit. 2).Mod. Région, avec ses traditions et ses coutumes particulières. Région. || La Bretagne, la Normandie, la Picardie, le Poitou, la Provence… sont des provinces françaises. || Costumes, fêtes…, blason d'une province ( Régional). || Dialectes, patois et parlers (2. Parler, cit. 4) des provinces (→ Français, cit. 14). || Provinces de l'Est et du Nord (→ Carte, cit. 17). || Provinces frontalières. Marche.Les provinces d'Espagne (→ Jota, cit. 2). || Utrecht et la province qui porte son nom (→ Capituler, cit. 2). || Les Provinces-Unies, ancien nom de la Hollande (→ Arminien, cit.). || Prendre des provinces (→ Conquête, cit. 1). || Province achetée (→ Avaricieux, cit. 4), conquise (→ Immortaliser, cit. 3), annexée.
(Belgique, 1899). Unité territoriale dirigée par un gouverneur nommé par le roi, assisté d'un conseil provincial élu au suffrage universel direct, et jouissant de la représentation proportionnelle à la Chambre des représentants. || Les neuf provinces de la Belgique.
Par métaphore (littér.). || Les provinces du domaine poétique (→ 3. Mal, cit. 45).
6 (XVIIe). Partie d'un pays ayant un caractère propre, à l'exclusion de la capitale. || Une province, les provinces (opposé à la capitale). || Plaidoyer (cit. 3) révolutionnaire pour Paris contre les provinces. || Dans la capitale et dans les provinces (→ Indiscipline, cit. 2). || L'air (1. Air, cit. 25) précieux s'est répandu dans les provinces. || Dans sa paisible province anglaise (→ Incinérer, cit. 1). || Garder le cachet de sa province (→ 1. Être, cit. 73). || Des yeux (cit. 13) de province. || Tout le gauche (cit. 6) de sa province. || Il arrive de sa province, du fond de sa province ( Provincial).
4 (…) il s'y passe (à Paris) cent choses tous les jours qu'on ignore dans les provinces, quelque spirituelle qu'on puisse être.
Molière, les Précieuses ridicules, 9.
5 Tout va lentement, tout se fait peu à peu dans les provinces, il y a plus de naturel.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, VIII.
5.1 C'est un homme très fort (M. Antoine Pinay) : il faut un étrange mérite pour faire au degré où il y a réussi quelque chose de rien, et je suis assez de ma province pour être à même de mesurer le singulier pouvoir de son petit chapeau.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 289.
La province : en France, l'ensemble du pays (spécialt les villes, les bourgs) à l'exclusion de la capitale, de Paris. || À Paris et en province (→ Aspirer, cit. 9). || Villes, petites villes de province (→ Désert, cit. 18; enterrer, cit. 20; oisiveté, cit. 3). || Rue de province (→ Agrément, cit. 7; inégal, cit. 8). || La vie de province. || « Scènes de la vie de province », titre d'une suite de romans de Balzac. || Habitudes de la province (→ Encroûter, cit. 2; 2. original, cit. 12).Vieilli. || Homme, femme de province. Provincial (subst.). || Bourgeois (cit. 10), noble de province (→ Fourrure, cit. 5; hobereau, cit. 3).Frais émoulu de la province (→ Dégourdir, cit. 4).En province. || S'installer, vivre en province et non à Paris. (1672). Par ext. Les habitants de la province. || Règlement qui mécontente la province.
6 Cela est étrange, qu'on ne puisse avoir en province un laquais qui sache son monde.
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, 2.
7 Sachons-le bien ! la France au dix-neuvième siècle est partagée en deux grandes zones : Paris et la province; la province jalouse de Paris, Paris ne pensant à la province que pour lui demander de l'argent (…) les pères de province ne marient leurs filles qu'à des garçons de province (…) la sinistre idée des convenances de fortune y domine toutes les conventions matrimoniales. Les gens de talent, les artistes, les hommes supérieurs, tout coq à plumes éclatantes s'envole à Paris.
Balzac, la Muse du département, Pl., t. IV, p. 70.
8 Loin de la fournaise des grandes villes, dans le calme de la province, des esprits se formaient lentement pour l'étonnement des peuples, avant de venir à Paris recevoir la consécration.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, III.
8.1 La province, la nuit (…) Quoi de plus mélancolique, de plus envoûtant aussi ?
Assis à mon volant, je regarde ces vieilles maisons silencieuses, ces édifices d'un autre âge, ces petites rues furtives aux pavés inégaux et je pense qu'il doit faire bon être épicier dans ce coin (…) Mais mener une vie tranquille dans des habitudes routinières (…) Dire bonjour aux voisins, suivre les défilés de la clique (…) Assister au banquet pour l'anniversaire du maire. Discuter de la construction des nouveaux lavoirs et se mettre sur son trente et un pour aller au cinéma (…)
San-Antonio, le Secret de Polichinelle, p. 91.
Par anal. || La province anglaise (cet emploi n'est normal que pour les pays centralisés, dont la capitale est très importante).
Adj. (1884). Fam. Provincial. || « Il est très province » (Académie). || Cela fait province.
9 Ainsi rassemblés (…) ils redeviennent tous assez Province, et très sud-ouest. Peu d'accent, à vrai dire, mais néanmoins beaucoup de terroir.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. VIII, XXI p. 229.
CONTR. Capitale.
DÉR. V. aussi Provençal.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • province — PROVINCE. s. f. Estenduë considerable de pays qui fait partie d un grand Estat, & dans laquelle sont comprises plusieurs villes, bourgs, villages, &c. sous un mesme gouvernement. Les Provinces du Royaume. cet Estat est divisé en plusieurs… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • province — Province, tout pays loing hors d Italie, que les Romains avoyent vaincu à force d armes, ausquels ils envoyoyent apres des gouverneurs de leur ville, Prouincia. La quatriesme partie d une province, dont les quatre font le tout, Tetrarchia… …   Thresor de la langue françoyse

  • province — I noun appointment, area, assigned task, assignment, business, canton, capacity, charge, circuit, colony, compass, county, demesne, department, district, division, domain, dominion, duty, field, function, job, jurisdiction, occupation, office,… …   Law dictionary

  • Province — (Цесис,Латвия) Категория отеля: Адрес: Niniera iela 6, Цесис, LV 4100, Латвия Опис …   Каталог отелей

  • Province — Prov ince, n. [F., fr. L. provincia; prob. fr. pro before, for + the root of vincere to conquer. See {Victor}.] 1. (Roman Hist.) A country or region, more or less remote from the city of Rome, brought under the Roman government; a conquered… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • province — ► NOUN 1) a principal administrative division of a country or empire. 2) (the provinces) the whole of a country outside the capital, especially when regarded as lacking in sophistication or culture. 3) (one s province) an area in which one has… …   English terms dictionary

  • province — [präv′ins] n. [OFr < L provincia, province < ? IE * prowo (< base * pro ) > Gr prōira, PROW1, OE frea, lord] 1. any of the outside territories controlled and ruled by ancient Rome 2. an administrative division of a country; specif.,… …   English World dictionary

  • province — early 14c., from O.Fr. province (13c.), from L. provincia territory under Roman domination, usually explained as pro before + vincere to conquer (see VICTOR (Cf. victor)); but this does not suit the earliest Latin usages …   Etymology dictionary

  • province — 1 *field, domain, sphere, territory, bailiwick Analogous words: *limit, confine, bound, end 2 *function, office, duty Analogous words: *work, calling, pursuit, business: *task, duty, job …   New Dictionary of Synonyms

  • province — [n] area of rule, responsibility arena, bailiwick, business, calling, canton, capacity, champaign, charge, colony, concern, county, demesne, department, dependency, district, division, domain, dominion, duty, employment, field, function,… …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.